La décennie 80 avec Cusset, Lordon et Halimi – Partie 1/2 : le tournant libéral

En lien avec notre récente interview de Romaric Godin à propos de son livre « La guerre sociale en France » qui explore dans cette première partie la montée du néolibéralisme, nous proposons de revenir plus particulièrement sur la période charnière de la décennie 80. Et pour cela, nous vous proposons de replonger dans une série d’émissions de Là Bas Si J’y Suis qui en 2007, sur France Inter à l’époque, avait invité François Cusset, historien des idées et auteur d’un livre passionnant, « La décennie, le grand cauchemar des Années 80», mais aussi Frédéric Lordon (économiste) et Serge Halimi (directeur du Monde Diplomatique) pour commenter les évènements marquants de cette décennie.

Nous recommandons vraiment l’écoute de l’ensemble de ces 7 émissions (disponibles en MP3 sur la-bas.org, voir les liens sous l’article), mais si vous manquez de temps, nous vous facilitons l’écoute avec un montage en deux grandes parties : l’une chronologique, et l’autre sur le thème de la fin de la politique et des alternatives.

Dans cette première partie, nous revenons donc sur le tournant libéral intervenu au cours de ces années 80, réalisé avec brutalité par Thatcher et Reagan dès 1979-80, et de façon plus subtile mais non moins efficace par le PS en France, avec le concours d’une droite dure durant la période de cohabitation.

En version vidéo :

En version audio :

Cette série d’émissions est réellement passionnante et n’a pas pris une ride, bien au contraire, quand on l’écoute en 2019 sous Macron. On a d’ailleurs parfois l’impression que rien n’a changé depuis ces années 80, que les mêmes sujets, les mêmes controverses, les mêmes acteurs occupent toujours le devant de la scène. On y entend parler de rigueur, de restaurer la compétitivité des entreprises, de Front National et de vote utile pour l’éviter, de privatisations, de réconcilier les français et l’entreprise, de crises financières, de l’ISF, de gouverner au centre, etc… Cela en est presque vertigineux !

On y découvre aussi un Fabius même pas quadra en 1984, en bras de chemise et incarnant à l’époque une forme de modernité à l’américaine, qui essayait de rendre has been le personnel politique en place en prônant l’ouverture aux marchés et la réconciliation avec l’argent et les entreprises. Macron n’a décidément rien inventé, même pas ça.

Il est d’ailleurs le pur produit de cette décennie 80, et a réussi à se faire élire en présentant comme moderne et quasi-révolutionnaire un programme et une idéologie qui ont pourtant le même âge que lui. Sauf que, contrairement à Fabius en 84, il le fait à un moment de l’Histoire où ce paradigme néolibéral est en crise, contesté parfois violemment pour ses conséquences sociales et plus récemment environnementales et climatiques.

De là à dire qu’il est sur le point de s’effondrer, il y a un monde malheureusement. On constate plutôt pour le moment un décalage vers la droite du pseudo affrontement gauche-droite né dans la décennie 80 et qui n’en était pas un, désormais remplacé par une mise en scène d’un affrontement droite-extrême droite, avec une dimension répressive qui s’est ajoutée dans beaucoup de pays à la violence des mesures économiques.

Se replonger dans les premières années de Mitterrand fait réfléchir aussi sur la mise en œuvre d’une alternative rouge-verte radicale, qui se heurterait aujourd’hui à une contrainte extérieure et des intérêts en place bien plus puissants qu’en 1981 lorsqu’il avait déroulé son programme commun seulement deux avant d’y renoncer en 83. On y reviendra d’ailleurs dans un prochain article.

Pour finir, ce montage est une occasion plus large de rendre hommage à Là-bas si j’y suis, qui a produit sur France Inter puis sur Internet des émissions de très grande qualité, qui ont joué un rôle dans le cheminement intellectuel de beaucoup d’infiltrés que nous rencontrons ou qui nous écrivent. Et ils fêtent d’ailleurs leurs 30 ans cette année ! Joyeux anniversaire !


Voir la deuxième partie de notre montage : La décennie 80 avec Cusset, Lordon et Halimi – Partie 2/2 : la fin de la politique 

Retrouvez les émissions complètes de là-bas si j’y suis de 2007 :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *