Ce n’est pas sans Ă©motion que nous publions ce nouveau tĂ©moignage qui nous vient du coeur de la start-up nation ! 

Je suis né dans une famille de fonctionnaires dans un milieu rural. Même si je n’ai jamais manqué de rien, j’ai compris plus tard que si parfois notre dîner consistait en du pain et du café au lait, ce n’était pas juste parce que c’est amusant et qu’on aimait ça. Mes parents ne sont pas très éveillés politiquement, ni culturellement, la télé constitue la principale source d’information et de loisirs. Ils votent à gauche (enfin PS quoi), j’ai l’impression parce que c’est ce qu’on fait quand on est fonctionnaire, avec parfois des escapades vers Besancenot (parce qu’il est bien le facteur!), ou Le Pen (pour “les” faire chier!).

Très vite, j’ai la chance de tomber dans les livres et d’aimer ça, je lis tout et n’importe quoi (mais pas les classiques ou les philosophes vers lesquels personne ne pense à m’orienter), et je me découvre une vocation de scientifique (et d’athée) en lisant et relisant une encyclopédie jeunesse illustrée. Plus tard, de vieux ordinateurs, récupérés dans la benne au boulot ou dans la famille, me feront découvrir les joies de la programmation.

Ma scolarité se déroule sans problème, je n’écoute pas les conseils de la conseillère d’orientation venue dans ma classe au lycée qui me dit que c’est pour l’élite (= pas pour nous), et je rentre dans une école d’ingénieur pour poursuivre ma passion de toujours, l’informatique (<insérer la vidéo ingénieur informaticieeeeeen pour #CeuxQuiSavent>).

Diplôme en poche, je file travailler pour une banque, dans laquelle je gagne très bien ma vie (plus que ce que gagne à ce moment mes deux parents réunis, en fin de carrière).

A cette Ă©poque, je me crois assez Ă©veillĂ© politiquement, mais en fait tout ce que je fais c’est lire Le Monde et regarder des replays de “C’est dans l’air” en rentrant du boulot (Ă  mon crĂ©dit, je crois qu’Yves Calvi Ă©tait un tout petit peu moins immonde Ă  cette Ă©poque?!). Dieu que les “experts” invitĂ©s, les Christophe Barbier, les Roland Cayrol, les Brice Teinturier, ont l’air savants et ont rĂ©ponse Ă  tout! Dire que maintenant il me font exploser de rire Ă  chaque fois qu’ils ouvrent la bouche…

Mais quelque chose ne tourne pas rond. Ce travail dans la banque n’a pas de sens pour moi. Je crois fortement, alors, à sur la notion de progrès scientifique, qui entraînera mécaniquement le progrès de la société. Et je sais qu’aligner des 0 au bas d’une feuille excel n’y contribuera pas.

Alors je lâche tout pour aller travailler dans une startup qui se monte. Une startup, ça ça contribue au progrès, à l’innovation, et puis bon même si je divise mon salaire par trois, on deviendra riches à la sortie, forcément. Forcément.

Je dĂ©vore tout ce que je trouve sur les startups et leur mythologie. Les grands entrepreneurs, le processus de crĂ©ation, comment “scaler”, comment la “disruption” est lĂ  pour permettre aux grandes boites de dĂ©passer les attentes des actionnaires et de faire monter leurs cours, etc. Pendant ce temps je travaille jour et nuit, nĂ©gligeant famille, amis et amours pour lancer la boĂ®te. Quand vient le grand moment du pacte d’actionnaire, on nĂ©gocie âprement les pourcentage avec toujours en arrière pensĂ©e dans la tĂŞte combien font 0.1% de 10, 50, 100 millions… En fait, on ne le sait pas encore, mais ce qu’on nĂ©gocie, ce sont des % de zĂ©ro… Du vide. La tĂŞte Ă  toto.

Au bout de quelques années, je m’aperçois que la Startup Nation n’était pas tout ce qu’ils avaient promis. Notre produit s’adresse à un “marché de niche” (comprendre il y a très peu de monde pour l’acheter) et nous ne sommes toujours pas riches. En fait, peu à peu je me rends compte que nous sommes des assistés: assurances COFACE, projets européens ou ANR subventionnés à outrance, CIR (Crédit Impôt Recherche, des centaines de milliers d’euros par an pour subventionner la R&D), statut JEI (Jeunes Entreprise Innovante = tu paies un minimum de “charges”), etc. A tel point qu’une blague entre nous est de se demander si on n’aurait pas coûté moins cher à la société en étant au chômage.

Mais il n’y a pas que ça, bien sĂ»r une partie de ces subventions est conditionnĂ©e Ă  un apport Ă©quivalent d’argent sonnant et trĂ©buchant, il nous faut donc des investisseurs. Je dĂ©couvre alors que les investisseurs / prĂŞteurs ne prennent pas autant de risques qu’on le croit et que malgrĂ© la publicitĂ© qu’ils en font, leur impact en termes de conseils, contacts, etc, est proche du nĂ©ant, voire nĂ©gatif (on n’imagine pas les idĂ©es farfelues d’un investisseur qui s’ennuie en conseil d’administration…).

Je réalise qu’en fait nous ne sommes pas des héros, de vaillants entrepreneurs, mais simplement des ouvriers en col blanc qui servent à des investisseurs à récupérer un maximum grâce à notre travail acharné, tout en prenant un minimum de risques, le tout largement subventionné par les pouvoirs publics. Une vieille histoire, simplement remise au goût du jour et rendue plus sexy à coup de technologie et de babyfoot. Je tombe de haut et je décide de consacrer mon temps hors du bureau à moi et plus à l’entreprise.

Je me remets alors à lire, et après quelques errances (oui j’ai même un bouquin d’Attali dans ma bibliothèque!), je tombe sur le Manuel d’Economie Critique du Monde Diplomatique (d’ailleurs cité dans un des posts des infiltrés), et c’est une révélation! Je me rends compte que tous ces gens que je prenais pour des experts nous récitent en fait le même catéchisme fait de théories éculées, dont ils savent très bien qu’elles ne fonctionnent pas.

C’est l’époque de la sortie de Merci Patron, et je m’intĂ©resse alors au journal Fakir qui prolonge ce manuel, en passant de la thĂ©orie Ă©conomique au rĂ©el… A partir de ce moment, le point de non-retour est atteint. La novlangue et les “experts” ont de moins en moins d’effets sur moi car je sais les dĂ©crypter.

Effet secondaire, je deviens de plus en plus cynique à propos de l’écosystème Startup Nation, de ces entrepreneurs qui se prennent pour des héros et qui donnent des leçons à tout le monde, de ces investisseurs qui appâtent de la chair fraîche à grand coup de culte de la personnalité, d’exemple de réussites qui sont l’exception, de bullshits en tous genres, de la French Tech toujours là pour faire de la com à deux balles, de ces consultants toujours prêts à te vendre la nouvelle mode ou le nouveau canvas pour faire tourner ta boite.

Tant qu’elle sera synonyme de relations incestueuses dans le monde de la tech (New York Times), de croissance Ă  tout prix (15marches) et de bullshits en tous genres (la French Tech qui se fĂ©licite d’envoyer tout et n’importe quoi au CES), la Startup Nation ne sera que du vent…

J’en fais toujours partie, en quelque sorte, car dans notre échec relatif, notre chance est que les investisseurs se sont désintéressés de nous et que nous pouvons mener la boite à notre guise et survivre en mode PME dans un domaine qui nous intéresse, même s’il n’est utile (au sens de David Graeber) à personne, entre collègues qui sont devenus des amis.

Mais je sais que si tout cela devait s’arrêter, il me serait impossible de mettre mon cerveau dans ma poche et d’être l’un de ces happy salariés qui applaudissent et sourient sur commande de leur CHO (Chief Happiness Officer).

Ma prochaine boite ne sera pas une startup, elle ne fera pas de moi quelqu’un de riche, elle n’offrira pas de pizza le soir pour que tu restes bosser plus longtemps, mais la valeur qu’elle crée sera partagée par ses employés et son objet sera humaniste (pour de vrai, pas juste dans sa description LinkedIn).

Un infiltré dans la start-up nation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *