Témoignage d’un infiltré converti #5mai

Un des lieux communs à la mode consiste à dire qu’on vit tous dans une bulle, dans une bulle de gens qui nous ressemblent, qui viennent du même milieu et qui pensent peu ou prou la même chose que nous. Comme vous l’aurez compris, notre bulle à nous, infiltrés, est ce qu’on pourrait appeler en 2018 le cœur de la macronie triomphante. Mais si cette bulle a voté pour Macron comme un seul homme, elle n’est pour autant pas si politisée qu’on pourrait le croire. Car dans le fond tout va bien pour nous et l’envie profonde de la plupart d’entre nous est donc que rien ne change. Et c’est effectivement ce jeune candidat bien sous tout rapport qui semblait incarner le mieux cette raisonnable et rassurante continuité.

Ainsi, d’une manière générale la politique n’est que très rarement un sujet de conversation dans notre bulle, pour le dire clairement : on s’en fout. Mais les présidentielles c’est une fois tous les 5 ans – soit encore moins fréquent que la coupe du monde de football – donc nous en avons parlé un minimum ! Nous avons commenté les déboires des uns et des autres, fait quelques pronostics, comme ça pour faire conversation. Un peu plus tard nous nous sommes fait peur avec le Front National au deuxième tour et nous nous sommes indignés contre tous ceux qui n’appelaient pas clairement à voter pour Jupiter. Et puis, rassurés, nous sommes retourné à nos occupations pour en reparler dans 5 ans à l’occasion d’une nouvelle construction de barrage contre les extrêmes.

Mais replaçons-nous un instant pendant la campagne du premier tour de 2017, juste pour vous donner un aperçu de la pensée unique qui domine ce milieu. Imaginez ainsi que vous preniez place à un déjeuner de boulot avec un avocat, un cadre supérieur, ou qui vous voulez de la bonne société. Vous êtes avec ces personnes que vous côtoyez au travail mais que vous ne connaissez pas plus que ça, et en tout cas dont vous n’êtes pas censé connaître les opinions politiques. Immanquablement l’un d’eux mettra le sujet sur la table par une remarque du genre « Vous avez vu les derniers sondages et la remontée de Mélenchon ? C’est quand même dingue ce pays où on pourrait avoir Le Pen – Mélenchon au deuxième tour ! Quelle catastrophe, si on en arrive là j’irai m’installer à l’étranger. »

Voilà.

Mais au-delà de l’amalgame éculé Mélenchon – Le Pen ou de cette belle manifestation de patriotisme, que signifie une telle entrée en matière ? Elle veut tout simplement dire que pas un seul instant cette personne ne s’est dit qu’il y a la moindre probabilité que vous souteniez l’un ou l’autre de ces deux candidats. A aucun moment on ne vous le demandera d’ailleurs, la chose est entendue, chez les honnêtes gens on est sérieux et on vote pour des candidats sérieux. Ça serait aussi incongru que de ne pas soutenir la France en finale de coupe du monde. En fait ce genre de tirade est considéré comme tout à fait bateau, pas plus engageante que de commenter la fraîcheur des nuits d’un printemps qui tarde à venir en ce début du mois d’avril 2017.

Et pourtant… Et pourtant, comme vous l’avez compris j’ai voté pour Mélenchon. Pas par fascination pour le personnage mais simplement parce qu’il défendait le programme qui était le plus proche de mes opinions. Alors quand ce type de discussion arrive sans doute devrais-je ouvrir le débat, provoquer, m’offusquer. Parfois je le fais, mais le plus souvent je me tais et attends que ça passe. Mais imaginez-vous ! Ils sont 5, unanimes, tellement contents d’appartenir à cette classe qui peut tenir ces propos sans risque d’être contredit qu’il me semble n’y avoir aucune chance de les convaincre ou même de les faire douter. Toute tentative de la ramener sur le sujet ne servirait qu’à me faire passer, au mieux pour un original, plus vraisemblablement pour un dangereux extrémiste. Et de fait, les quelques fois où j’ai fait part de mon opinion ce fut pour eux comme si un monde s’effondrait : « Toi, comment est-ce possible ? J’avais pourtant beaucoup d’estime pour toi… ». Véridique. Pour tout dire j’ai même la franche impression que faire un coming out homosexuel leur ferait moins d’effet, car dans ce milieu parisien on est quand même assez ouvert sur les moeurs de nos jours. C’est déjà ça vous me direz… 

Bref, je suis un infiltré en Macronie. C’est un sentiment d’autant plus étrange qu’un jour j’ai pensé comme eux. Originaire d’un milieu aisé et donc plutôt à droite, formé en école d’ingénieur aux calculs sur une économie à 2 biens, à l’équilibre de l’offre et de la demande et aux formules mathématiques en tout genre, à 25 ans j’étais encore un pur produit du système. Je trouvais triste et étriquée la pensée de gauche qui voulait partager le travail ou les richesses, comme si la taille du gâteau était limitée alors qu’on pouvait libérer les énergies et faire croître indéfiniment le gâteau, rendant la question de l’équité de son partage accessoire tant on pourrait se gaver. Je me disais que dans un monde ouvert, il fallait bien jouer le jeu, que la concurrence était ce qu’il y avait de meilleur, d’ailleurs tous les calculs qu’on avait fait à l’école le démontraient mathématiquement. Et sûrement tout un tas de chose du même acabit que j’ai aujourd’hui beaucoup de mal à me remémorer tant ces discours me sont devenus étrangers.

Je comprends maintenant que je me contentais de réciter ce que j’avais toujours entendu autour de moi, à l’école, à la télé, à la radio. Je n’étais pas particulièrement intéressé par le sujet et comme tout ce que j’entendais – bénéficiant du label « sérieux » en tout cas – convergeait, j’en avais fait mon opinion. Grâce à ma formation et l’entraînement scolaire que j’avais suivi j’étais même capable de défendre ce point de vue. Je pouvais restituer le gros de ces théories avec le verni de cohérence qui suffisait à me rassurer dans le fait que j’avais bien raison de penser ce que je pensais et que je n’avais pas besoin de chercher plus loin. On m’avait appris que l’ensemble des gens raisonnables était d’accord sur le sujet, remettre ces acquis en question aurait donc été comme de remettre en cause les lois de la physique apprises à l’école. Je grossis peut-être un peu le trait mais je crois qu’inconsciemment il y avait de ça, un vieux fond de bon élève qui ne doute pas de la parole du professeur.

Mais je ne vais pas vous raconter ma vie, ni comment j’ai basculé petit à petit pour ne plus croire au modèle néolibéral qui serait le seul possible et signerait la fin de l’histoire. Il se trouve qu’à un moment j’ai douté de tout ça, j’ai lu, beaucoup, passionnément, j’ai écouté tout un tas de gens, j’ai pris du recul et ai progressivement vu les choses sous un autre angle. Si je vous le raconte c’est parce que j’ai déjà constaté par le passé que ce que je prenais pour une originalité de mon cheminement de pensée était en général dans l’air du temps et que j’étais loin d’être le seul à avoir emprunté le même chemin. Et si beaucoup n’ont pas encore de convictions bien claires sur ces sujets je pense que le doute est là en germe et qu’il ne demande qu’à être cultivé. En effet, il me semble que toute personne avec un peu de sens critique doit se demander comment concilier la recherche d’un modèle de croissance infini, présenté comme la solution à tous nos problèmes, avec la finitude des ressources et le réchauffement climatique. J’imagine qu’elle doit aussi se demander pourquoi, alors que tant d’experts ont l’air d’avoir tout compris au fonctionnement de l’économie, le chômage ne cesse de croître depuis 40 ans ou la finance se retrouve à intervalle de temps régulier en position de crise systémique. Peut-être s’interroge-t-elle aussi sur l’utilité sociale de l’accroissement des inégalités au point de rendre quelques individus aussi riches que des pays entiers ? Ou bien se demande-t-elle, avec un fond de bon sens paysan, en quoi faciliter les licenciements permet de réduire le chômage ? Ou enfin, pour parler d’un sujet d’actualité, peut-être sa curiosité l’a-t-elle fait s’intéresser au fonctionnement du rail de l’autre côté de la Manche pour évaluer les discours du gouvernement sur les bienfaits de la libéralisation et l’ouverture à la concurrence de ce secteur ?

Bref, ce ne sont pas les sujets d’interrogation qui manquent en fait.

Alors aux premiers, à ceux qui ont suivi un parcours similaire au mien et qui, comme moi, vivent cachés en macronie, sachez que vous n’êtes pas seuls et que nous sommes de plus en plus nombreux. Si votre position sociale ou vos études vous donnent un tant soit peu de crédit et de respectabilité – aussi factice que soient ces croyances – usez-en pour donner du poids à ce à quoi vous croyez, faites ruisseler ces idées sur vos proches. Il faut expliquer que la rationalité, le « réel » comme ils l’appellent, le sérieux ne sont pas du côté que l’on croit. Il nous faut ébranler notre entourage dans leurs certitudes et faire bouger les mentalités. Et si vous avez la possibilité de vous exprimer sans risquer de vous faire mettre dehors, ou à défaut placardiser, dans votre vie professionnelle (car le risque est réel), ouvrez-la ! Plus nous serons nombreux et plus nous pourrons dire tout haut que le modèle qu’on nous vend est absurde et qu’il existe des alternatives qui tiennent la route.

Quant à ceux qui doutent ou qui commencent à s’intéresser à la chose publique, je ne peux que les encourager à continuer. Ne donnez pas de crédit de respectabilité a priori aux pseudo-sachants qui monopolisent les antennes, approfondissez les sujets pour vous faire votre propre opinion. Si vous pressentez que quelque chose ne tourne pas rond dans notre système, vous trouverez des réponses à vos questions car beaucoup de choses ont été pensées, dites, écrites, ce n’est plus le corpus documentaire qui manque pour défaire la théorie dominante et faire entrevoir d’autres possibles plus désirables.

Ce sentiment d’unanimité des élites qui labellise ces politiques soi-disant pragmatiques et sérieuses ne tient que parce que nous n’osons pas affirmer, en nombre, que nous ne sommes pas d’accord. Avec le recul que nous avons aujourd’hui, quelqu’un se présentant avec ces politiques modernes, en réalité à l’œuvre depuis Thatcher et qui ne sont qu’une réminiscence de théories des années 30 et même antérieures, ne devrait provoquer qu’un énorme éclat de rire, si nous n’étions pas effrayés des conséquences désastreuses – du moins pour le commun des mortels – que cela aurait s’il était pris au sérieux.

Alors à tous les infiltrés en Macronie je dis, retrouvons nous le 5 mai pour la #fêteàMacron et unissons nos forces pour que cette bulle éclate !

V

2 réponses

  1. A dit :

    La question du poids de la conformité sociale de l’entourage, professionnel et/ou personnel, est en fondamentale. Non seulement cette conformité annihile très vite toute tentative de discussion, mais pire elle formate l’esprit au point qu’on se sent presque dans l’illégalité d’aller consulter une vidéo de Lordon, ou qu’on oserait plus facilement sortir le dernier numéro de Playboy pendant sa pause qu’un numéro d’Alternatives Economiques ou du Monde Diplo.

  2. Julie dit :

    Je viens seulement de découvrir votre site/blog…je suis une “infiltrée” comme vous,et ce depuis plusieurs années.
    Cela fait presque bizarre ne pas se sentir seule, d’un coup comme ça!
    Mon “coming out”, je l’ai plus ou moins fait, au sein de ma famille et amis: pas facile (incompréhension désintérêt clivages distances…)
    Au boulot: encore plus difficile…et “touchy”. Quoi que vu l’actualité, ce serait le moment où libérer sa parole.
    Bravo, et continuons!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *