L’Etat privatise la certification en langues

Nous publions ce texte qui nous alerte sur la privatisation en cours des certifications en langue à l’université, ainsi que l’échange de questions-réponses que nous avons eu avec son auteur qui nous semble éclairer le contexte. 


 

Emmanuel Macron l’avait annoncé dans son allocution du 16 mars, et nous voyons bien actuellement la suspension de “toutes les réformes en cours”. Toutes, sauf quelques bricoles comme la réforme de nos formations universitaires. C’est ainsi que le 3 avril 2020, la ministre de l’ESRI a pris un arrêté  « relatif à la certification en langue anglaise pour les candidats inscrits aux diplômes nationaux de licence, de licence professionnelle et au diplôme universitaire de technologie ».

L’essentiel est dit dès l’article 1 : « Cette certification concerne au moins la langue anglaise ; dans ce cas, elle fait l’objet d’une évaluation externe et est reconnue au niveau international et par le monde socio-économique. ». Il s’agit donc de s’assurer que l’ensemble des étudiants de licence et de DUT puissent justifier d’un niveau d’anglais conditionnant l’obtention du diplôme. Si encore cela ne faisait que promouvoir le tout anglais, au détriment des « universités européennes » qui sont pourtant vivement encouragées depuis des années1Voir notamment l’appel de 2017 et l’article cité dans la note 4, et par-delà la diversité linguistique qu’on aura alors de plus en plus de mal à encourager. Il y a pire, cependant : l’évaluation externe ne pourra pas être faite par des évaluateurs universitaires extérieurs aux enseignants des filières concernées, elle désigne bien une externalisation, c’est-à-dire une sous-traitance. C’est ainsi qu’un appel d’offre a été publié, pour la “Mise en œuvre et délivrance d’une certification en anglais pour des étudiants”2Avis de marché – Contrairement à ce qui est indiqué, la date de remise des offres a été reportée au 21 avril et la notification prévisionnelle du marché est la 3ème semaine de juillet., avec des critères reposant notamment sur le chiffre d’affaires des organismes dont émaneront les propositions.

Il s’agit donc bien d’une dépense annuelle d’argent public, à hauteur de plusieurs millions d’euros, au profit d’organismes dont on souhaite qu’ils soient lucratifs. Le montant en est inscrit dans le projet de loi de finances publié dès septembre 2019, qui annonce « Une certification en anglais au cours du 1er cycle : dès la rentrée 2020, près de 38 000 étudiants (licences langues étrangères et appliquées, DUT communication, licence professionnelle commerce international…) bénéficieront de cette mesure intégralement financée par le ministère pour un coût de 3,1 millions d’euros. Elle concernera à terme plus de 400 000 étudiants. » Evidemment, il est important de préciser que le dispositif touche un très grand nombre d’étudiants, puisque la dépense est annoncée au titre des mesures prises pour « améliorer les conditions de vie des étudiants »3https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid145343/projet-de-loi-de-finances-2020-de-l-enseignement-superieur-de-la-recherche-et-de-l-innovation.html.

Pourtant, les instances nationales de consultation, au premier rang desquelles le Conseil National de l’Enseignement supérieur et de la recherche (CNESER), avaient très unanimement refusé en novembre 2019 le projet d’arrêté sur la certification en licence et IUT (0 pour, 62 contre, 2 abstentions au CNESER)4Pour le contexte, voir cet article publié par le Snesup en février 2020 comme elles avaient refusé le projet de décret concernant la certification en BTS (0 pour, 57 contre, 2 abstentions au CNESER).

C’est aussi à l’automne 2019 que les sociétés savantes de langues et cultures étrangères réunies au sein du GALET (groupement des associations en langues étrangères) avaient pris très clairement position contre le projet de certification des compétences en langues par des organismes extérieurs privés5Voir notamment http://saesfrance.org/certification-en-langue-pour-lobtention-de-la-licence/.

En effet, les universités françaises savent délivrer des certifications : elles ont développé le CLES, qui est directement adossé au Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL), et est donc le résultat de la recherche publique. Cette certification est désormais délivrée à l’échelle européenne, au sein du réseau NULTE (Network of University Language Testers in Europe). Seul problème : il n’y a là aucune entreprise, aucun profit, impossible donc de s’inscrire dans le « marché » public.

Et quelles sont les entreprises susceptibles de répondre à l’appel d’offres ? L’une d’elles est évidemment ETS, une entreprise américaine dont les profits s’élèvent à plusieurs millions de dollars, qui délivre notamment le TOEIC et le TOEFL. L’autre sera tout aussi certainement Cambridge Assessment, une entreprise britannique qui se targue de faire partie de l’université du même nom, mais dont le fonctionnement d’« usine à test » est désormais bien connu des collègues du secondaire, puisqu’elle a d’ores et déjà remporté ce marché. Pour le supérieur, Cambridge Assessment propose IELTS, qui comme le TOEIC et le TOEFL n’est valable que deux ans à partir de la date de son obtention6C’est ce que fait très justement remarquer l’Association des professeurs en langues vivantes. Si l’usage de ces tests se généralisait, il impliquerait que les étudiants qui envisagent une reprise d’étude après la licence, avec une première expérience professionnelle en poche (par exemple à l’étranger) devraient repasser le test, et qu’ils en seraient cette fois de leur poche. Une belle « amélioration » pour les étudiants de demain !

Les protestations se multiplient7Outre l’APLV, la SAES et le GALET déjà cités, le GERAS a publié tout récemment un communiqué, et la communauté universitaire se demande comment éviter le pire. Il faut que le principe d’une évaluation universitaire, qui saura être externe et « reconnue au niveau international et par le monde socio-économique », soit non seulement accepté mais soutenu. Les moyens alloués à l’appel d’offre toujours en cours doivent être réaffectés pour permettre aux universités de s’organiser.

 


Questions / Réponses

1. Est-ce que le CLES est reconnu en dehors de l’université ? Est-ce que les étudiants qui passent le CLES ne sont pas malgré tout tenus de passer le TOEFL ou TOEIC ou Cambridge Assessment quand ils veulent faire valoir leur niveau d’anglais dans le privé, et qu’en cela, la proposition faite consiste à leur offrir la première inscription que les étudiants auraient de toute manière payée sinon ?

Le CLES est bien une certification de l’enseignement supérieur, comme son nom l’indique (Certificat de compétences en langues de l’enseignement supérieur), mais cela n’implique pas nécessairement qu’il ne puisse pas être utilisé de façon plus large. Il est d’ores et déjà reconnu au niveau européen, dans un réseau qui est certes également universitaire.

Je n’ai pas mis l’accent sur le CLES car il présente aussi des défauts, mais dès les premiers signes de désaveu en 2012 (avec deux décrets qui refusent de s’appuyer sur le seul CLES et prévoient une série de dispenses) des collègues ont mis en avant d’autres possibilités.

Quant aux employeurs, nos jeunes diplômés nous disent qu’ils ne regardent plus tellement les certifications mais se fient plutôt aux stages et années à l’étranger. Peut-être est-ce différent dans d’autres filières ? Celles qui forment pour Panzani, AirFrance ou Hermes (ce sont les références mises en avant sur le site de Cambridge Assessment). Plus sérieusement, je crois qu’il n’y a pas de données qui en attestent. Il me semble aussi que l’on fait moins confiance que par le passé à ces “usines” à certification. Les TOEFL, TOEIC et autres “Proficiency test” de Cambridge correspondent à une conception caricaturale et rétrograde de la maîtrise des langues étrangères.

 

2. Etait-ce fait en interne avant systématiquement ou déjà délégué ?

C’est fait en interne mais il y a une coordination nationale, comme expliqué dans l’arrêté de 2016.

 

3. Quand c’était fait en interne, quelle était la durée de validité de la certification ? Et la durée de validité reconnue par l’employeur ? (Est-ce que l’employeur ne considère pas de toute façon comme nulle et non avenue une certification de plus de 2 ans ?)

Cette durée est pour nous une notion farfelue, issue justement d’un marché qui sait s’entretenir. Il n’y a rien de tel pour Cambridge d’ailleurs, c’est vraiment propre au groupe américain ETS. Je lis par exemple : ” Que votre certificat soit récent ou plus ancien, il vous permet de prouver que vous avez atteint de manière durable un niveau d’anglais du Cadre Européen de Référence (CECRL), à l’écrit comme à l’oral, en compréhension comme en expression.” (https://www.cambridgeenglish.org/fr/exams-and-tests/business-english/cambridge-english-cv/)

 

 

Une réponse

  1. Mooney dit :

    A quoi sert l’UE si même une référence de niveau de langue n’est pas prise en compte par les entreprises et que celles-ci font d’avantage confiance au TOEIC ? Pour normaliser la courbure du concombre ou le diamètre des tomates industrielles ils sont très forts, mais pour les sujets utiles, on peut toujours attendre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *